Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Réduire la taille du texte Normaliser la taille du texte Grossir la taille du texte

Les coches d'eau, mentionnés à Melun dès 1178, sont le moyen le plus utilisé pour le transport des voyageurs et des marchandises avant le XVIIIème siècle. Les embarquements se font au niveau de la rue du Bac et de l'actuel Boulevard Chamblain. Le halage des coches par des chevaux est remplacé lors du passage des ponts, par le chablage. Le mât de halage du bateau est basculé au passage des ponts grâce au sabot dans lequel il s'articule, et le maître-chableur assure, sur un gros bateau, le remorquage sous le pont. Au XVIIème siècle, le voyage hebdomadaire Paris-Melun dure selon la saison entre une journée à une journée et demie. Au XVIIIème siècle, le coche devient quotidien : départ de Paris à 7h pour Auxerre, Sens, Bray-sur-Seine, Montereau et Nogent-sur-Seine, avec retour le soir. Le trajet Paris-Melun dure environ 12h. La construction des quais en 1836 supprime la contrainte du chablage. La circulation des coches d'eau cesse avec ma concurrence des bateaux à aubes et le percement de la voie de chemin de fer en 1847. Mais le halage se poursuit jusque dans le premier tiers du XXème siècle.